Les Scarafabres

 


Spectacle créé au Ring à Avignon après une résidence.

.Un spectacle ludique et très visuel construit selon le principe d'éléments s'emboîtant comme des poupées

 russes. L'entomologiste Fabre observe les insectes et s'interroge sur leurs moeurs. L'acteur observe Fabre,  et

 s'interroge sur sa méthode et sur son parcours. Le public est invité à s'interroger sur les moyens théâtraux

 utilisés par l'acteur. Mais qui observe le public?

La pièce d'André Morel

C'est le regard admiratif mais critique d'un non scientifique

 - autodidacte dans ce domaine - sur l'entomologiste

 Jean-Henri Fabre et ses théories.

C'est un rappel autobiographique.

La mise en évidence du caractère et de sa méthode.

C'est une réflexion amusée mais documentée

sur un problème grave : l'intervention humaine dans l'évolution des espèces.

Le Choix de Fabre

Parce que c'est un humaniste, peut-être le dernier encyclopédiste.  Parce que sa vie est hors normes, son

 parcours improbable quand on connaît ses origines modestes dans un milieu isolé : l'Aveyron du 19°siècle.

 Parce qu'il est un exemple de ténacité, de vitalité, d'entêtement face à l'adversité. Parce qu'il est un savant

 rigoureux. "Observateur inimitable" des insectes selon Darwin. Parce

 qu'il est un vulgarisateur modèle. Parce sa langue est riche, précise,

 poétique et gorgée d'humour. Parce qu'il met en scène les histoires qu'il

relate.

Le choix du Scarabée Sacré

Parce que son épopée savoureusement décrite par "L'Homère des

 insectes", dixit Victor Hugo, confine au mythe sisyphien de la condition

 humaine.

L'actualité de Fabre

Restauration en cours de l'Harmas à Sérignan du Comtat:maison, jardin, bassin

Restauration en cours de son herbier et mise en valeur de ses aquarelles sur les champignons (encadrement et

traitement antifongique).

Activités multiples de découverte dans son village natal de

Saint Léons du Lévezou : visite de sa maison, du musée,

parcours des insectes… et Micropolis, Cité des Insectes.

Parution des ouvrages du sympathisant Yves Delange et

du livre polémique de Patrick Tort.

Exposition "De l'homme et des Insectes" réalisée par la

Fondation Electra et présentée du 5 juin au 31 août 2003 à

Paris.  Sans compter l'engouement continu des Japonais.

La mise en scène

Elle investit "l'espace vide". L'acteur joue sur la mise en perspective permanente . Etre puis ne plus être Fabre. Il

appuie son jeu sur quelques objets symboliques:canne,

 chapeau, loupe, fauteuil.

 

Il dialogue avec des images miroirs tantôt réalistes

 tantôt oniriques.

 

 

Premiers extraits de presse

Pari gagné et plus que chaleureusement applaudi par une salle comble sous le charme.

Alice Hygoulin. La Marseillaise.

Très convaincant, le comédien fait le grand écart entre l'humour et l'épique de l'aventure "d'avant" et les explications savantes qui plombent l'ère d'aujourd'hui.

Anne Constant . Le Dauphiné.

L'idée est belle, le sujet noble, les textes fins et souvent drôles.

Sophie Barquet. La Provence

 

Morel s'amuse et nous amuse…Un spectacle adroit et pénétrant, une "Morélité" moderne, une vision très personnelle du théâtre, de l'Histoire, du bon sens didactique. 

Pierre Galaud. Le Pont du Gard.

 

Une mise en scène pétaradante. 

Nedjma van Egmond - La Provence.

La poésie, mélange de vocabulaire rigoureux et de recours à l'imaginaire anthropomorphique, transporte l'auditoire, l'enchante après l'avoir surpris. Rêverie et rationalité se mêlent en un spectacle savant sur le vivant.

Le Midi Libre. Mèze

 

Page suivante Galerie photo

Extraits video

www.musee-jeanhenrifabre.com